AFPM-Togo : Les femmes de médias debout pour faire taire les stéréotypes

‘’Déconstruire les stéréotypes de genre dans les médias’’, c’est l’une des missions phares de L’Association des Femmes Professionnelles des Médias du Togo (AFPM-Togo).

Portée sur les fonts baptismaux depuis avril dernier, AFPM-Togo a organisé jeudi 7 décembre 2023 à Lomé, son tout premier carrefour. Axé sur le thème : « femme de média, faire taire les stéréotypes », ce carrefour s’inscrit dans le cadre des 16 jours d’activisme qui prône la lutte contre sur les violences basées sur le genre.

Aujourd’hui, nous cherchons à encourager des discussions ouvertes et franches sur les défis rencontrés par les femmes dans le domaine des médias, en mettant particulièrement l’accent sur les obstacles spécifiques liés au genre. C’est un moment pour que les femmes professionnelles des médias partagent leurs expériences, leurs réussites et les défis qu’elles ont surmontés tout au long de leur carrière. nous sommes actuellement dans la période des 16 jours d’activisme, et cette réunion constitue notre manière de participer à cette initiative et lancer nos séries de rencontres thématiques“, a souligné Elisabeth Apampa, présidente de l’AFPM-Togo.

Ce fut un cadre de discussion animée par d’éminentes personnalités du monde de média togolais à savoir : Léonie DEGBOE, journaliste, animatrice et Réalisatrice ; Lyne AYIVOR, animatrice et présidente de APAC-Togo ; Ambroisine MEMEDE, journaliste et co-directrice de l’agence Savoir News ; Bruno Mensah, animateur radio et Sylvio COMBEY.  

Dans leurs intervention, la plupart des panelistes sont revenus sur les expériences vécues. Selon Ambroisine MEMEDE, paneliste, « les médias étant un monde d’hommes, une femme qui se retrouve dans les médias, tous les yeux sont tournés vers elle et c’est elle seule qu’on voit, ce qu’elle a porté, comment elle marche, ce qu’elle dit, ce qu’elle fait et quand un homme tente de s’approcher de telle femme, on lui dit de faire attention que c’est une femme de média, elle ne va pas se laisser faire, tu ne peux pas avoir de l’influence sur elle… c’est ainsi qu’on nous regarde en tant que femme de média. Il y a des femmes qui ont bien voulu se marier, mais qui ne l’ont pas fait à cause de ce regard, c’est un peu compliqué ».

Bruno Mensah, animateur radio dans ses propos a insisté sur la détermination, l’audace et de la motivation de ces femmes qui souhaitent faire une carrière dans le métier de journalisme.

« Femmes professionnelles des médias, sachez que vous êtes là pour travailler, fermez vos cuisses. Vous êtes là pour prouver que vous êtes capable, donc prouvez que vous êtes capable, pas les potentialités que Dieu vous a donné, cherchez à vous cultiver cherchez à battre votre propre record », a-t-il lancé dans la foulé.

Pour l’AFPM-Togo, ce carrefour est très important pour la nouvelle génération qui arrive dans les médias dans le but de prendre connaissance des expériences des aînés pour déconstruire les préjugés.

« C’était très important pour nous de mettre en place ce cadre de discussion avec les femmes des médias, mais aussi les hommes qui sont dans les médias, les défenseurs des droits des femmes pour parler de ces stéréotypes. Une femme dans les médias forcément si elle gravit les échelons, c’est parce qu’elle a une relation avec un boss ou elle doit être sur les sujets de beauté, mode etc… on ne lui a apprend pas vraiment assez pour avoir une vision éclairée dans le domaine. Donc pour nous c’est très important pour cette jeune génération aussi qui arrive dans les médias qu’on puisse partager nos expériences vécues pour déconstruire les préjugés », a martelé la présidente de l’AFPM-Togo, Elisabeth APAMPA.

Il faut souligner que cette rencontre selon l’AFPM-Togo, vise à promouvoir une représentation équilibrée et juste des deux sexes dans les médias.

Lire aussi: CEG Bè plage/B : Après une amitié sans intérêt sur les bancs, les anciens élèves se retrouvent pour s’entraider

Laisser un commentaire